Toutes les actualités

Les startups à la portée des collégiens du réseau d’éducation prioritaire

Information mise à jour le 23/11/18

Le 10 octobre, à Cap Omega, une trentaine d’élèves de 3e venus des quartiers prioritaires ont travaillé et échangé avec des dirigeants de startups. Une journée organisée par le BIC de Montpellier dans le cadre de la charte Entreprise & Quartiers.

A Montpellier, Les startups à la portée des collégiens du réseau d’éducation prioritaire @david-crespin
Inaccessibles, les startups ? Le Business & Innovation Centre (BIC) de Montpellier prouve le contraire aux jeunes des quartiers prioritaires. Le 10 octobre, il accueillait une trentaine d’élèves de 3e venus du collège des Garrigues (Mosson) et du collège Gérard Philippe (Près d’Arènes) à Cap Omega.

« On veut leur donner l’opportunité de participer à l’aventure entrepreneuriale et leur montrer qu’ils peuvent nous apporter quelque chose, tout d’abord leur créativité », lance Ludovic Charbonnel, cofondateur de ChallengeMe, l’une des startups du BIC de Montpellier qui s’est mobilisée pour l’occasion, de même que Matooma, Sofacto, Specialist-Wanted, Namae Concept, My Horse Family et Pre-Live.

Des collégiens entreprenants !

Le matin, répartis en groupes, les collégiens ont contribué aux projets des entrepreneurs. Pour ChallengeMe, plateforme de formation et de collaboration, ils ont inventé un « snapcours », application éducative basée sur l’entraide entre élèves dans les apprentissages. Avec My Horse Family, ils ont imaginé un stand attractif au salon du cheval. Pour Specialist-Wanted, l’idée était de repérer leurs compétences.

« Les quatre collégiens qui étaient avec moi croyaient qu’ils ne savaient rien faire, raconte Aurore Moser, dirigeante de la jeune pousse. En une heure, j’ai appris qu’ils parlent plusieurs langues, que certains ont des communautés sur Instagram, que d’autres savent écrire sans faire de faute... »

Les sept startups ont signé la charte Entreprise & Quartiers, co-animée par Montpellier Méditerranée Métropole et l’État, et destinée à favoriser le développement de secteurs urbains fortement touchés par le chômage et la pauvreté. Mais quatre autres entreprises innovantes ont également ouvert leurs portes aux collégiens : Insitio, Panjee, Snapkin et Teads.

« L’objectif, au terme de cette journée, c’est aussi de les prendre en stage une semaine », précise Romain Lévy, président et fondateur de My Horse Family, rapidement convaincu par l’un des collégiens de l’intégrer quelques jours à son équipe. Un bilan positif pour le BIC de Montpellier qui organisait la journée en partenariat avec l’association Face Hérault et deux associations de quartier, Asa et Cité Citoyenne.
Il y a 0 commentaire sur cette page