Toutes les actualités

Gestion écologique des espèces envahissantes : le Biopôle Euromédecine, site pilote

Information mise à jour le 20/05/22 Par Claude Grison

Programme Résilience : Insécurité de l’eau, espèces exotiques envahissantes, dérèglement climatique, perte de biodiversité, crise écologique et économique : la nature comme solution !

La canne de Provence ou Arundo donax, C. Grison

Qui ne connait pas la canne de Provence ?

Elle borde les jardins, les fossés, les chemins, les autoroutes, les berges, le moindre espace de zone humide.
Son abondance et son nom nous ont conduit à considérer cette espèce végétale comme une plante commune et naturellement présente dans notre environnement.
Et pourtant, la canne de Provence est bien trompeuse. Connue scientifiquement sous le nom d’Arundo donax, elle n’est pas originaire du Sud de la France, mais d’Asie. Très résistante à la sécheresse et aux vents méditerranéens, la canne de Provence s’est bien acclimatée à nos conditions locales. Il s’agit d’une plante très dynamique qui concurrence la vie indigène.

Ses longs tapis racinaires fibreux et interconnectés constituent un obstacle redoutable pour les écosystèmes et affectent leur fonctionnement. La croissance de la canne de Provence est 2 à 5 fois plus rapide que les concurrents indigènes, et sa reproduction lui permet d'envahir rapidement de nouvelles zones et de supplanter complètement la végétation indigène. Enfin, la canne de Provence est extrêmement inflammable, ce qui augmente la probabilité et l'intensité des incendies. Cette espèce reprend 3 à 4 fois plus rapidement que les plantes indigènes.

Elle est inscrite sur la liste des espèces soumises à recommandation du Code de conduite professionnel relatif aux Espèces Exotiques Envahissantes (EEE).
 
Le laboratoire de Chimie bio-inspirée et Innovations écologiques (ChimEco) et la société Bioinspir ont choisi d’associer la Région Occitanie , Montpellier Méditerranée Métropole et la SERM (Société d’Équipement de la Région de Montpellier) à la mise en place d’un vaste programme de gestion raisonnée et durable de la canne de Provence.
Une technique douce de fauches répétées et contrôlée scientifiquement sera mise en place pour épuiser la plante sur un premier site de démonstration, le Biopôle Euromédecine sur la commune de Grabels, bâtiment de la Métropole de Montpellier qui héberge ChimEco et Bioinspir.
Cette technique affectera la dynamique végétative de l’espèce et permettra de recréer des habitats pour les espèces indigènes. Pour gérer ces efforts dans la durée, une valorisation économiquement viable des parties récoltées sera développée en cohérence avec les efforts écologiques initiaux, par les sociétés ChimEco et Bioinspir.

Le programme a débuté fin février 2022 et durera jusqu’à l’automne.

En savoir plus sur ChimEco et BioInspir
Il y a 0 commentaire sur cette page